CONFERENCES EN LIGNE NOUVEAU !

Conférences en ligne ou en salle, Intermèdes, associations, par un conférencier national docteur de l’université Paris-IV-Sorbonne, diplômé Ecole du Louvre

Suivez régulièrement mon site et mes réseaux sociaux pour rester informés !


Nouveau cycle de conférences sur Intermèdes.com en novembre 2022 :

De Henri II à Henri IV, les Guerres de religion.

Le 30 juin 1559, Henri II est gravement blessé au cours d’un tournoi et meurt quelques jours plus tard. L’astrologue de Catherine de Médicis, Luc Gauric, ainsi que Nostradamus avaient prédit cette fin terrible. Peu auparavant, lors du traité de Cateau-Cambrésis, la paix, défavorable à la France, avait été signée entre les Etats européens. Durant son règne, Henri II avait entrepris de réprimer durement le protestantisme qui se répandait dans le royaume. Les huguenots -calvinistes- ne cessent alors de se renforcer, on pourra s’interroger sur les causes de ce succès. Durant les quarante dernières années du XVIe siècle tout peut basculer, le pourvoir est fragile. L’Espagne et l’Angleterre soutiennent respectivement catholiques et protestants, et la France va devenir un champ de bataille durant ces guerres de religion, dont les ressorts sont souvent méconnus.

Trois des fils du roi Henri II montent successivement sur le trône durant ces années difficiles, François II, qui règne quelques mois, Charles IX, mineur lors de son accession au trône, et Henri III, élu roi de Pologne peu auparavant. Leur mère, Catherine de Médicis, personnalité complexe, exerce alors un rôle politique de premier plan. Elle est portée naturellement à la conciliation mais doit s’adapter à une situation fluctuante. De la politique du chancelier Michel de L’Hospital au massacre de la Saint-Barthélemy en 1572, la monarchie hésite entre ouverture et répression, sans parvenir à juguler la crise violente qui éclate entre catholiques et protestants. Sous Henri III, la France s’enfonce dans le chaos des Guerres de religion, toutefois le monarque laisse une œuvre politique et administrative injustement méconnue. Le dernier des rois Valois, qui avait fait un coup de majesté en faisant tuer le duc de Guise en 1588, est lui-même assassiné en 1589. Il avait désigné son cousin Henri de Navarre pour lui succéder. Ce dernier devient alors roi sous le nom d’Henri IV. Le premier Bourbon aura la lourde tâche de rétablir l’autorité royale.

Cycle de 5 conférences sur Intermèdes au tarif exceptionnel de 39€ (incluant les Replay)

Episode N°1 (Vendredi 18 Novembre 2022 à 17h) La Réforme en France à la mort d’Henri II. Le court règne de François II, prélude à la crise Episode

N°2 (Mardi 22 Novembre 2022 à 17h) La régence de Catherine de Médicis et les débuts du règne de Charles IX, de vaines tentatives de conciliation

Episode N°3 (Vendredi 25 Novembre 2022 à 17h) Charles IX, des tergiversations à la répression. Les conséquences de la Saint Barthélémy

Episode N°4 (Mardi 29 Novembre Mai 2022 à 17h) Henri III, un roi méconnu. La guerre civile.

Episode N°5 (Vendredi 02 Décembre 2022 à 17h) Vers le dénouement de la crise, Henri de Navarre devient Henri IV

Nouveau cycle de conférences sur Intermèdes.com en décembre 2022 :

La Commune et les débuts de la IIIe République

Barricade sous la Commune, 1871

La Révolution de 1789, la Première république, le Directoire, le Consulat, le Premier empire, la Restauration des rois, la Monarchie de juillet plus libérale, la révolution de 1848 suivie de l’éphémère IIe république, le Second empire : le moins que l’on puisse dire, c’est que la France a été marquée durant un peu moins d’un siècle par une grande instabilité politique ! Une France ingouvernable ? Qui se cherche en permanence ?

Le 4 septembre 1870, la république est proclamée après la chute du Second Empire à la suite du désastre de Sedan. Elle est alors très fragile : la Commune de Paris (18 mars-28 mai 1871), radicalisée, tente d’établir une organisation de type libertaire fondée sur la démocratie directe. Elle est durement réprimée. En réaction, les monarchistes remportent les élections à l’Assemblée nationale constituante et préparent une nouvelle restauration qui échoue. Finalement la IIIe république va s’affirmer, avec des institutions fixées par les trois lois constitutionnelles de 1875. Secouée par de nombreuses crises, elle résistera durant près de 70 ans, jusqu’en juillet 1940. C’est le plus long régime que la France ait connu depuis la monarchie (la Ve république, établie en 1958, dure depuis 64 ans cette année).

A partir de 1879, sous les gouvernements de Jules Ferry, se met en place un régime opportuniste et pragmatique, qui diffuse la culture républicaine au travers de l’école et qui développe la colonisation. En 1885 commence une période de crises et d’instabilité ministérielle, marquée par l’enthousiasme éphémère autour du général Boulanger, l’affaire des décorations, la crise anarchiste, le scandale de Panama… En même temps le France commence à se rapprocher de la Russie alors que s’esquisse un nouvel ordre européen. A partir de 1898, le régime se radicalise autour de la question religieuse. La France retrouve un rayonnement international marqué par l’Exposition universelle de 1900. Plus tard, on se souviendra avec nostalgie de cette « Belle époque » …

Cycle de 5 conférences au tarif exceptionnel de 39€ (incluant les Replay) | Intermèdes (intermedes.com)

Episode N°1 (Jeudi 8 Décembre 2022 à 17h) 1871, l’année terrible, la guerre et la Commune de Paris

Episode N°2 (Lundi 12 Décembre 2022 à 17h) Monarchie ou République ? Des débuts difficiles

Episode N°3 (Jeudi 15 Décembre 2022 à 17h) Jules Ferry, lois scolaires et expansion coloniale

Episode N°4 (Lundi 19 Décembre 2022 à 17h) Crises et scandales, le général Boulanger, le scandale de Panama, les attentats anarchistes

Episode N°5 (Jeudi 22 Décembre 2022 à 17h) L’affaire Dreyfus, la radicalisation de la république dans le contexte de la « Belle époque ».

*********************************************

Conférences passées


La France entre Moyen Âge et Renaissance : l’avènement d’un monde nouveau (2e moitié du XVe-1e moitié du XVIe siècle)

Charles VII, Louis XI, Charles VIII, Louis XII, François 1er et Henri II

Passer du Moyen Age à la Renaissance ? Passer de l’ombre à la lumière, de l’obscurantisme à la civilisation ? On pense alors à Louis XI, roi médiéval, superstitieux, bigot et cruel, avec ses petites cages, les fillettes si bien décrites par Victor Hugo dans son roman Notre-Dame de Paris (1831). Et à l’opposé à François 1er, monarque fastueux, jeune vainqueur de Marignan, tolérant avec les protestants, qui dresse sa haute stature à l’orée des Temps modernes. La réalité est plus complexe et bien plus passionnante, loin de ces clichés et de cette dichotomie élaborée ultérieurement.

Entre le milieu du XVe et le milieu du XVIe siècle, on assiste à une évolution profonde et continue dans tous les domaines, institutionnel, religieux, économique, social et artistique, marquée par la personnalité des souverains qui se sont succédé : Charles VII, Louis XI, Charles VIII, Louis XII, François 1er et Henri II. Au travers de ces règnes émergent entre autres l’élaboration d’un Etat moderne centralisé, les questions de réforme de l’Eglise et les débuts du protestantisme et une nouvelle configuration géopolitique européenne entraînant les multiples guerres d’Italie. Un monde qui change progressivement, comme les décors de la renaissance qui s’introduisent peu à peu sur les monuments gothiques… « pour en finir avec le Moyen Age ».

Charles VII : le relèvement de la France après la guerre de Cent Ans

Louis XI : « l’Universelle Aragne » qui avait du génie

Charles VIII et Louis XII : à la poursuite du mirage italien

François 1er, chevalier, administrateur et mécène

Henri II, le fils du « grand roy Françoys » : un règne lourd de menaces

Conférence gratuite : Paris au temps de Charles VII

Paris au milieu du XVe siècle est une cité meurtrie dont la population a diminué. Pourtant, la ville avait reçu une nouvelle enceinte, s’était parée de fastueux monuments et d’hôtels princiers dans la seconde moitié du XIVe siècle, en particulier sous le règne de Charles V. Mais les guerres civiles, les luttes entre Armagnacs et Bourguignons et la guerre de Cent ans ont laissé leur cortège de ruines. La ville a été gouvernée par les Anglais durant 19 ans jusqu’à sa reconquête par Charles VII qui y fait son entrée le 12 novembre 1437. Quel est alors l’état de la capitale ? Découvrons ensemble quartiers, palais, châteaux et églises, illustrés entre autres par les peintures des manuscrits.

La conférence sur ma chaîne YouTube :

Paris en 1848 : la ville révolutionnaire le jeudi 17 mars à 14h30

Paris est le cadre de la Révolution de 1848 et de ses soubresauts. La ville n’a pas encore été restructurée par Napoléon III et Hausmann. Peintures, gravures, dessins de presse et premières photographies pour découvrir ce Paris en ébullition destiné à disparaître. 

Barricades de la rue du Faubourg-du-Temple durant les journées de Juin (daguerréotype de 1848).

La conférence sur ma chaîne YouTube :

Ma chaîne YouTube


Napoléon III : un mystère, entre utopie et pragmatisme. Cycle de 5 conférences

Le neveu de Napoléon Ier a fait irruption dans l’histoire à la faveur de l’élection de 1848 remportée haut-la-main. Ce « saint-simonien » est alors imprégné d’idées sociales. Pourtant, devant les réalités du pouvoir, il va faire un coup d’Etat et établir un régime autoritaire. Mais il garde le lien avec le peuple qui le soutient par la pratique du plébiscite.

Aujourd’hui encore, on parle de Bonapartisme, forme de Césarisme, même si le régime manque clairement d’une doctrine cohérente, multipliant les contradictions. Napoléon III cherche un équilibre toujours fragile pour rallier la majorité des Français, alternant les phases d’ouverture et de répression. Il fluctue entre un « bonapartisme de gauche » populaire et anticlérical et un « bonapartisme de droite » conservateur et clérical. L’Empereur lui-même a déclaré un jour : « Quel gouvernement que le mien ! l’Impératrice est légitimiste, Napoléon-Jérôme (son cousin) républicain, Charles de Morny, orléaniste ; je suis moi-même socialiste. Il n’y a de bonapartiste que Persigny : mais Persigny est fou ! »

Napoléon III est l’un des personnages de l’histoire les plus complexes à saisir, l’homme étant d’ailleurs secret, flegmatique mais aussi indulgent et généreux, parfois « entêté dans l’indécision ». Sous son règne la France se transforme en profondeur et connaît un remarquable essor. La doctrine saint-simonienne est une des clefs de son règne, en particulier dans le domaine économique et social. Sait-on ainsi que sa politique coloniale ou sa reconstruction de Paris avec le préfet Hausmann en découlent directement ?

Episode N°1 – Louis Napoléon Bonaparte, du président de la IIe République à l’empereur (Mardi 22 Mars 2022 à 17h)

A la faveur des utopies et des déceptions de la IIe République, Louis-Napoléon Bonaparte, celui qu’on n’attendait pas, se faire élire président le 10 décembre 1848, en s’appuyant sur les divisions politiques et en utilisant la propagande. Devant le blocage institutionnel et l’affrontement avec l’Assemblée, il rogne progressivement les libertés.

Episode N°2 – De l’Empire autoritaire à l’Empire libéral (Vendredi 25 Mars 2022 à 17h)

Napoléon III ne peut pas s’appuyer sur un véritable parti bonapartiste cohérent, il est soutenu d’abord par la bourgeoisie d’affaire et les catholiques. Le régime renforce son caractère répressif après l’attentat d’Orsini (1858). Mais il maintient toujours un lien avec le peuple par les plébiscites. Vers 1860, alors qu’il perd l’appui du clergé, le Second Empire prend progressivement un tournant libéral, sous l’influence notamment du duc de Morny.

Episode N°3 – Une France en pleine mutation économique et sociale (Mardi 29 Mars 2022 à 17h)

La révolution industrielle et la politique monétaire et bancaire donnent au pays une richesse exceptionnelle. Ce développement fulgurant est appuyé par les premières tentatives de libre-échange inspirées de l’entourage saint-simonien de l’empereur. Les Expositions universelles et la reconstruction de Paris sont le témoignage éclatant de cette prospérité.

Episode N°4 – La politique étrangère et la politique coloniale, une affaire de principes (Vendredi 01 Avril 2022 à 17h)

« L’Empire c’est la paix » avait déclaré Louis-Napoléon III à Bordeaux, le 9 octobre 1852, avant son accession au trône. Cependant il souhaite remodeler la carte de l’Europe en fonction du « principe des nationalités » : chaque peuple doit pouvoir disposer de lui-même et le regroupement en États-nations est à favoriser, ce qui l’entraîne dans l’intervention en Italie. En Extrême-Orient, la France modernise le Japon avant l’Ere Meiji.

Episode N°5 – L’effondrement du régime (Mardi 05 Avril 2022 à 17h)

A l’intérieur, la politique de libéralisation entraîne un affaiblissement de l’autorité impériale, on assiste ainsi à des mouvements de grèves. Mais ce sont surtout les erreurs de la politique étrangère, peu cohérente et irréaliste, qui vont provoquer la chute de l’Empire. L’intervention au Mexique se solde en 1867 par un cruel échec qui décrédibilise la France. Mais la cause directe de la chute est l’habileté sans scrupules du chancelier Bismarck, alors que Napoléon III appuyait la Prusse, « la plus grande des véritables monarchies allemandes ».

De la Restauration de 1815 à la Révolution de 1848, le temps des incertitudes

Les Rendez-vous de l’Histoire

Après l’épopée napoléonienne qui a bouleversé l’Europe, la France se cherche. En quelques décennies les débuts de la révolution industrielle et les mutations de la société bouleversent les idées politiques et la vie intellectuelle.  En peu de temps s’enchaînent une Restauration (Louis XVIII et Charles X), la Révolution de 1830 (les « Trois Glorieuses ») et la Monarchie de juillet (Louis-Philippe). Enfin, la Révolution de 1848, bercée par l’illusion lyrique de Lamartine, ouvre un temps de rêves éphémères.

1-La Restauration ou l’impossible retour en arrière, vendredi 3 décembre à 17h

2-1830, les « Trois glorieuses », la bourgeoisie choisit son roi, mardi 7/12 à 17h

3-Louis-Philippe, le dernier roi de France, un « roi-citoyen » vendredi 10/12 à 17h

4-La révolution industrielle,  » classes laborieuses, classes dangereuses » mardi 14/12 à 17h

5-La Révolution de 1848 ou le temps des utopies, vendredi 17/12 à 17h

Après la chute de l’Empire de Napoléon et les Cent jours, le retour de la monarchie ne pouvait se faire que dans des conditions difficiles, avec une France très affaiblie sur le plan diplomatique. L’habileté du frère de Louis XVI, Louis XVIII, placé sur le trône par les puissances européennes, va permettre de concilier les trois héritages, de la Révolution, de la Monarchie et de l’Empire. Son successeur et frère Charles X, intransigeant, n’ayant « rien oublié rien appris », est renversé par la révolution des Trois Glorieuses, 27, 28 et é9 juillet 1830. Mais le soulèvement populaire est récupéré par la bourgeoisie qui place le duc d’Orléans Louis-Philippe sur le trône.  

C’est une période de développement économique sans précédent, tant dans le domaine financier qu’industriel. L’émergence de nouvelles élites, financières, industrielles, s’accompagne de la naissance de « classes laborieuses –classes dangereuses« , de l’organisation des partis ouvriers et de la naissance des doctrines et du mouvement socialistes (Saint-Simon, Pierre Leroux, Charles Fourier…). Le climat d’effervescence politique issu de la première Révolution retrouve ainsi un nouvel essor après la parenthèse de l’Empire 

La révolution industrielle se fait au prix d’une certaine instabilité politique et d’une répression des troubles, entraînant une alternance de phases d’ouverture et de répression. En 1848, la Monarchie de Juillet, marquée par le retour au conservatisme du ministère Guizot, fait face à un mécontentement général qui entraîne une révolution. La IIe République, née dans l’enthousiasme, établit le suffrage universel, abolit l’esclavage… Mais « l’unanimisme républicain » sera éphémère.

A la faveur des utopies et des déceptions de la IIe République, Louis Napoléon Bonaparte se faire élire président fin décembre 1848, en s’appuyant sur les divisions politiques et en utilisant la propagande. La fin de cette éphémère IIe République est en vue…

Les Rendez-vous de l’histoire, explorons le Moyen Age !

Tout le monde connaît la Guerre de Cent ans. Vraiment ?   C’est compliqué ? Beaucoup de crises, de combats, d’évènements ? En fait, on peut en dégager quelques idées fortes.   Quel intérêt aujourd’hui ? Percevoir un monde en crise en train de se renouveler. Comprendre le passé pour mieux appréhender notre époque.

Pour mieux connaître cette passionnante période :

La Guerre de Cent ans et les malheurs de la France, XIVe-XVe siècle

Un cycle de 5 conférences « Les Rendez-vous de l’histoire » par Thierry Soulard, avec Intermèdes, au prix de 39 euros (incluant les Replay), les 9-12-16-19 et 23 novembre 2021

La Guerre de Cent ans et les malheurs de la France, XIVe-XVe siècle

Après le lumineux XIIIe siècle, la fin du Moyen Age paraît bien sombre… Cent ans de guerre ? Pas vraiment. On peut d’ailleurs considérer que depuis Guillaume le Conquérant la France et l’Angleterre étaient plus ou moins dans un état de guerre permanente ! La nouveauté, c’est qu’il s’agit d’un conflit « de haute intensité », marqué durant un peu plus d’un siècle par une série de crises, de revers et de sévères défaites. Crécy, Calais, Poitiers, Azincourt sont de tristes épisodes de l’histoire de France que nous évoquerons.

A la base du conflit, une question de succession au trône qui ne s’était jamais posée jusqu’alors : la transmission des droits à la couronne par les femmes. Une affaire complexe, avec pour protagonistes Isabelle de France et son fils Edouard III roi d’Angleterre ainsi que Jeanne de France et son fils Charles le Mauvais roi de Navarre… Les règnes de Philippe VI, premier des Valois à régner, et de son fils Jean le Bon, marqués par des décisions politiques imprudentes, se déroulent sur fond de cirse : mauvaises récoltes, Jacqueries, conjoncture économique difficile, débuts de la Peste noire… La crise politique culmine pendant la captivité de Jean le Bon à Londres, avec les ambitions du célèbre Etienne Marcel, l’homme le plus important de Paris, qui finit tragiquement.

Le brillant règne de Charles V (1364-1380) ouvre une période de redressement. Le connétable Du Guesclin sera son bras armé. L’architecture, les arts, les sciences bénéficient du règne du « roi sage ». Mais tout est remis en question à la succession de son fils mineur Charles VI, le « Bien-aimé », appelé plus trad « le Fou ». Durant la régence des oncles du roi, qui s’enrichissent, on tue en 1382 les collecteurs d’impôts à coups de maillets : la « révolte des Maillotins ». Le règne personnel du jeune roi, marqué par un redressement, est bref, ses crises de folies, à partir de 1392, deviennent de plus en plus fréquentes, laissant le champ libre aux oncles qui vont provoquer le chaos.

Le début du XVe siècle est une tragédie pour la France, une des pires périodes de son histoire : vendettas, guerre civile, prise de Paris, occupation anglaise d’une partie de la France sous l’autorité théorique d’un monarque anglais ! Le Bal des ardents, l’assassinat du frère du roi, Louis d’Orléans, en 1407, le meurtre du duc de Bourgogne Jean sans Peur au Pont de Montereau en 1419, la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, la bataille d’Azincourt en 1415, le honteux Traité de Troyes de 1420 qui déshérite le dauphin Charles avec l’assentiment de sa mère Isabeau de Bavière !

Enfin le redressement : le dauphin Charles, réfugié à Bourges et appuyé par les sud de la France, va reconquérir son royaume. Et grâce à un véritable miracle, l’intervention en 1429 de Jeanne d’Arc, qui lui dit : « Gentil dauphin, je te dis de la part de Messire Dieu que tu es vrai héritier du trône de France. ». Qui était cette figure extraordinaire de l’histoire de France ? Elle redonne de l’énergie à Charles : sacré à Reims, il est désormais le monarque légitime qui va reprendre son royaume. La France est sauvée.

1-Philippe VI de Valois, la surprenante défaire de Crécy, la perte de Calais, la Peste noire, mardi 9 novembre à 17h

Philippe VI préside le Conseil royal

Dimanche 29 mai 1328 : le nouveau roi Philippe VI est sacré à Reims. C’est le premier roi qui ne soit pas fils de roi, il est le neveu de Philippe le Bel, le fils de Charles de Valois. Il y a pourtant deux femmes qui pouvaient prétendre à la couronne, Isabelle, fille de Philippe le Bel et reine d’Angleterre, et Jeanne, fille de Louis X et reine de Navarre. Elles ont été écartées. La source de futurs problèmes ? Pourtant les débuts du règne s’annoncent plutôt bien, mais cela ne va pas durer…

2-Jean le Bon, Le désastre de Poitiers, le démembrement de la France du traité de Brétigny, vendredi 12 novembre à 17 h

La « bonne Policie », les ouvriers travaillent, bourgeois et riches négocient et discutent
La « mauvaise Policie », les ouvriers se révoltent, bourgeois et riches complotent

8 mai 1355 : Le roi Jean le Bon convoque les Etats généraux. La France va mal. La fin du règne de son père Philippe VI a été désastreuse : guerre avec l’Angleterre -avec la défaite de Crécy le 26 août 1346 suivi de la perte de Calais, la Peste noire qui sévit en France depuis 1348, l’état déplorable des finances royales… Jean a réorganisé l’armée, les corporations parisiennes décimées par la maladie, créé l’ordre militaire de l’Etoile pour stimuler les chevaliers sur les champs de bataille, et tente d’apaiser son cousin Charles de Navarre. La monnaie est dévaluée, les mécontentements s’accumulent, annonçant une fin de règne difficile…

3-Charles V le roi sage, un règne fastueux qui redresse la France, l’œuvre de Du Guesclin, mardi 16 novembre à 17h

L’assassinat d’Etienne Marcel

31 juillet 1358 : le prévôt de marchands Etienne Marcel, qui avait soulevé les Parisiens et accueilli le roi de Navarre Charles le Mauvais, est tué. Jean le Bon est captif à Londres depuis la sévère défaire de Poitiers en 1356. Le dauphin Charles, régent du royaume, revient à Paris et commence à redresser la situation. Devenu roi à la mort de son père à Londres en 1364, Charles V va s’avérer un souverain brillant, sage et remarquable en tous points, redonnant à la France sa puissance militaire, mais aussi son rayonnement artistique et scientifique.

4-Charles VI, le roi fou, le temps du chaos, la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, vendredi 19 novembre à 17h

Assassinat de Jean sans Peur au pont de Montereau

10 septembre 1419 : le duc de Bourgogne Jean sans Peur est assassiné par un membre de la suite du dauphin Charles. On est en pleine vendetta. Comment en est-on arrivé là ? Le roi Charles VI a hérité à la mort de son père en 1380 d’une situation militaire favorable, le règne a bien commencé mais depuis 1392 les crises de folie du souverain se multiplient, surtout après le Bal des ardents. Il laisse ainsi le champ libre aux intrigues de la famille royale. Son frère cadet Louis d’Orléans est assassiné en 1407 à Paris sur ordre de son cousin le duc de Bourgogne Jean sans peur. C’est le début de la guerre civile des « Armagnacs et Bourguignons ». En 1415 les Français sont écrasés par les Anglais à Azincourt. La France plonge dans le chaos…

5-Charles VII, le dauphin de Bourges sauvé par Jeanne la Pucelle, le redressement de la France, mardi 23 novembre à 17h

Sacre de Charles VII à Reims. A droite, Jeanne d’Arc tenant une bannière aux armes de France.

17 juillet 1429, sacre de Charles VII dans la cathédrale de Reims, en présence de Jeanne d’Arc. Après l’assassinat de Jean sans Peur, la Bourgogne s’est rapprochée de l’Angleterre. Le traité de Troyes de 1420 a déshérité le dauphin Charles. A la mort de Charles VI la couronne passe au souverain anglais Henri VI (9 mois), sous la régence du duc de Bedford. Pendant ce temps, le dauphin devenu Charles VII s’est réfugié à Bourges, soutenu par le sud de la France. Alors que sa situation est difficile, l’intervention de Jeanne d’Arc en 1429 va redonner au roi et à son armée l’énergie nécessaire pour renverser la situation. Le sacre de Reims donne à Charles VII la légitimité nécessaire.

Galerie

Conférences en salle

Cycles de conférences en salle avec Intermèdes à l’institut Khéops (Paris 5e)

Les conditions sanitaires entraînent un report des dates en 2022. Nous vous tiendrons au courant

Mes galeries des conférences passées, photos, plans, généalogies :

Les après-midi de l’histoire : Les rois de France. Plans et généalogies

De Bonaparte à Napoléon, un homme dans l’histoire

Mes galeries de photos des conférences passées : voir plus bas

(Liens : Vous pouvez cliquer sur les titres en bleu)

Inscrivez-vous aussi à mes conférences gratuites en ligne! Elles sont plus courtes, c’est un moment agréable qui vous est offert !

Demandez un lien Livestorm pour assister à la conférence en ligne.

Pensez à vérifier votre boîte SPAM

Mais n’oubliez pas les conférences pour lesquelles votre contribution de 8 euros nous aide à vivre, l’agence et les conférenciers, en ces temps très difficiles. Merci de votre aide

Conférences passées

Mes dernières conférences gratuites avec Intermèdes :

Voir quelques unes de mes conférences gratuites en ligne sur ma chaîne YouTube

Saint-Pétersbourg, une journée avec Raspoutine
Accompagnons Grigory Raspoutine une journée de 1916 à Saint-Pétersbourg. Un regard sur la ville en effervescence. Replay de la conférence gratuite avec Intermèdes le 11 juin 2020
Moscou, une journée avec Ivan le Terrible
Une ballade avec Ivan le Terrible, un regard sur Moscou au XVIe siècle. Replay d’une conférence gratuite avec Intermèdes le 06 juin 2020
Le Thoronet, Sénanque et Silvacane, les trois « sœurs » cisterciennes
Le replay de ma conférence gratuite avec Intermèdes sur YouTube
Un intermède musical avec Lully
Ma conférence en ligne sur Lully, sa vie, ses apports musicaux, entrecoupée de l’audition d’extraits d’oeuvres musicales. Le replay d’une conférence gratuite organisée avec Intermèdes, Le loisir culturel

Au cœur de l’Auvergne romane, Notre-Dame du Port, Issoire, Saint-Nectaire, Orcival, Mozac
Le replay de ma conférence gratuite avec Intermèdes sur YouTube

Visite virtuelle de l’abbaye de Fontenay
Une visite virtuelle chez les Cisterciens à l’abbaye de Fontenay par Thierry Soulard, conférencier national, docteur de l’université de Paris-IV-Sorbonne. Conférence gratuite faite pour Intermèdes, Le loisir culturel

Mes conférences passées avec une petite contribution financière

« Mozart à Salzbourg »

L’épopée normande dans les Pouilles

Établis au début du XIème siècle comme mercenaires en Italie du sud, les Normands réussirent, à partir de 1040, à conquérir les Pouilles, la Calabre, la Campanie et la Sicile. Cette épopée remarquable fut conduite par les fils de Tancrède de Hauteville, principalement Robert Guiscard, et son frère, le comte Roger. Installés dans les Pouilles conquises sur les Byzantins, les Normands favorisèrent l’expansion de l’art roman, avec des interprétations originales. L’imposante basilique de pèlerinage Saint-Nicolas de Bari servit en particulier de référence architecturale à toute une famille d’édifices. L’art de la mosaïque y déploie en outre de riches tapis au bestiaire fantastique.

L’Anneau d’or, aux origines de l’histoire russe

Eglise de l’Intercession sur la Nerl, Vladimir
Souzdal
Kremlin de Rostov
Monastère de la Trinité Saint-Serge

Parler de l’Anneau d’or, appellation touristique moderne qui désigne les villes historiques entre Moscou et la Volga, c’est d’abord se plonger dans les origines de la Russie. En effet, bon nombre de ces cités sont le siège d’anciennes principautés des XIe-XIIe siècles, avant la naissance de l’Etat russe. Ce dernier émerge autour de Moscou seulement à partir du XIVe siècle, à la suite de la domination mongole. Vladimir, devenue au XIIe siècle le centre politique, Souzdal, Rostov, Iaroslav, Pereslavl, Kostroma présentent ainsi un patrimoine architectural exceptionnel, sans oublier le cœur religieux de la Russie, le monastère de la Trinité-Saint-Serge. Des joyaux à découvrir ou redécouvrir!

Ravenne, les mosaïques racontent l’Histoire
Mausolée de Galla Placidia
Justinien et sa cour, Saint-Vital
Van Eyck et le retable de l’Agneau mystique

Chypre, l’Europe aux Portes de l’Orient
Saint-Nicolas de Famagouste

La Russie, Europe ou Asie ?
La légende? Il est lui-même une légende, non?

*******************

Utilisons les nouveaux moyens techniques pour organiser des conférences à distance. C’est simple :

Pas de limitation du nombre d’auditeurs comme dans une salle
Pas de coût de location de salle
Pas besoin de se déplacer
Possibilité d’écouter la conférence plus tard en replay
De l’écouter plusieurs fois en famille
Distanciation sociale absolue en cas d’épidémie (!)
Diffusion dans toute la France et à l’étranger
A destination de qui?

Associations, Amis de musées, universités Inter-Ages, groupes d’amis…

Dans quelles régions?

France et Etranger (par exemple pour nos amis de Belgique, de Suisse ou du Canada, ou d’ailleurs, pourvu qu’ils soient francophones)

Comment?

Contactez moi, on fixera un thème et une date, et les conditions.

– Thème lié à l’histoire et l’art européen principalement (Russie comprise), toutes époque. Large choix possible (il n’y a que quelques exemples sur le site, surtout sur l’Antiquité tardive et le Moyen Age, mon domaine de spécialisation universitaire, mais je ne me limite pas à ces périodes).

-Prix en fonction du nombre approximatif de participants

-Après inscription, chacun des participants reçoit un lien à activer (vérifiez la boîte des Spam si vous ne le voyez pas)

-Au moment de la conférence, vous recevez un rappel et il suffit de vous connecter !

Et bien sûr, dès que ce sera possible, on continue les conférences en salle !

Dans toute la France (avec défraiement des frais de déplacement) et de préférence à Paris et en région parisienne

N’hésitez pas à me contacter :

culture@thierrysoulard.com

11 réponses sur “CONFERENCES EN LIGNE NOUVEAU !”

  1. C’est extrêmement intéressant et très détaillé. Bravo au conférencier pour ce travail de qualité.

  2. M. Soulard est un conférencier remarquable, tant par l’érudition que la gentillesse, la simplicité et l’humour. Je fais partie du fan club, j’ai fait de nombreux voyages avec lui, assisté à des conférences, je suis toujours enthousiaste !

  3. J’aime beaucoup vos conférences. Vous dépassez souvent l’horaire mais on vous pardonne, c’est passionnant et on ne s’ennuie jamais. J’ai particulièrement aimé vos conférences sur Fontenay, Lully et Chypre. Je n’ai malheureusement pas pu suivre la Russie.

  4. Bonjour Mr Soulard
    Je suis depuis de nombreuses années une auditrice assidue de vos conférences. Même si c’est votre métier, un grand merci pour tout le travail que vous effectuez, qui m’apporte beaucoup.
    Serait-il possible d’envisager une conférence sur l’histoire de l’université en Europe de la création de celles de Bologne et Paris à nos jours ?

    merci
    Anne RYBACKI

    1. Merci de ce gentil message qui me fait plaisir. J’ai déjà fait un cycle de conférences en salle sur les universités médiévales il y a quelques années, je pense le proposer en ligne, c’est une très bonne idée !

  5. Je suis inscrite pour le cycle passionnant sur la restauration, et j’ai malheureusement souvent dû regarder la conférence en replay. Il se trouve que j’ai même été empêchée de confirmer mon inscription pour la conférence d’hier mardi 14 décembre. Je vois que je n’y ai plus accès. Merci de m’indiquer comment récupérer le lien.

  6. Bonjour Monsieur Soulard. Je me régale à vous entendre lors des conférences en visio. Envisagez-vous de continuer l’histoire des rois après Charles VII ? Ces deux cycles m’ont passionnée. Je serais ravie d’écouter la suite.

    Pour la suite de là révolus 1848, je sais que vous allez parler de Napoléon lII, un grand merci. Je m’inscris.
    À bientôt et bonne année à vous
    Françoise Charlaix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *